L’épargne salariale, une solution toujours gagnante en 2018 !


A la suite de la loi de finances pour 2018 et de la loi de financement de la sécurité sociale 2018, l’épargne salariale subit quelques évolutions mais conserve des avantages fiscaux et sociaux pour l’entreprise comme pour les salariés !

  • Le nouveau prélèvement forfaitaire unique (PFU) ou « Flat tax » est instauré à hauteur de 30%. Il s’appliquera sur tous les gains perçus à compter du 1er janvier 2018 (intérêts, dividendes et revenus assimilés, plus-values) issus de placements financiers, à l’exception des sommes rachetées au titre de l’épargne salariale.
  • La Participation et l'Intéressement investis sont toujours non imposables à l'Impôt sur le Revenu.
  • L'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) est remplacé par l'Impôt sur la fortune immobilière (IFI) qui ne frappe que les biens et supports d'investissements immobiliers ne présentant pas un caractère professionnel. Les sommes placées dans le PEE et le PERCO ne sont donc plus imposables au titre du patrimoine.

Concernant l’évolution des cotisations sociales, il convient de distinguer la phase d’alimentation et la phase de retrait :

  • Pendant la phase d’alimentation, les primes d’intéressement et de participation sont soumises à la CSG et à la CRDS au taux global de 9,7 % (8 % auparavant compte tenu de la hausse de la CSG de 1,7 point au 1er janvier).
  • En cas de retrait des sommes placées sur un PEE ou un PERCO, les gains correspondant aux titres acquis à compter du 1er janvier 2018 seront imposés au taux de 17,2 % (15,5 % auparavant compte tenu de la hausse de la CSG de 1,7 point).

Pour les gains relatifs aux titres acquis avant 2018, le système des taux historiques s’applique (taux en vigueur au moment de la réalisation des plus-values) mais il y a une différence entre le PEE et le PERCO :

PEE_PERCO_2018

Trouver un conseiller près de chez vous